Bye Bye Boss

Le site qui vous aide à devenir financièrement indépendant

Bricks

Acheter une part d’un bien immobilier à partir de 10€, percevoir ses loyers, encaisser sa plus-value, et n’avoir aucune gestion à faire … Ça vous paraît trop beau pour être vrai ?

Et bien détrompez-vous, car c’est exactement ce que Bricks a à vous offrir.

Bye Bye Boss vous emmène à la découverte de cette plateforme et de sa baguette magique.

Mais avant, comme d’accoutumé :

Disclaimer: Parce que pour nous la transparence est hyper importante, nous informons notre tendre lecteur ou lectrice que BBB n’a pas été rémunéré par Bricks (ou par quiconque d’ailleurs, snif) pour réaliser cet article. Nous sommes utilisateurs de ce service parce que nous en sommes satisfaits. Si vous souhaitez toutefois nous soutenir et/ou êtes intéressé par cette plateforme, notre lien de parrainage[2] se trouve en fin d’article. Il vous permet d’obtenir un crédit de 1% sur tous vos investissements de vos 3 premier mois.


Pourquoi ?

Si vous avez lu les articles de ce site dans l’ordre chronologique, alors vous savez que Bricks n’est pas la première plateforme de crowdfunding que l’on présente dans l’immobilier. Alors pourquoi faut-il s’y intéresser ?

Premièrement, et parce qu’il y a un truc qui s’appelle le « risque de contrepartie » [1]On vous en parle bientôt, promis, mieux vaut diversifier[2]Ça aussi, on vous en parle bientôt ! ses intermédiaires.

Deuxièmement, et comme mentionné en introduction, Bricks est une de ces sociétés qui s’appuie sur la magie du financement participatif pour faire sauter des verrous.

En effet, bien que l’immobilier soit soit-disant prisé des Français, il y a en pratique une forte barrière d’entrée : tout le monde ne peut pas s’offrir un tel actif. Point sur la situation de suite.

La situation immobilière en France

Deux petites statistiques à avoir en tête lorsque l’on parle de la propriété immobilière.

Selon notre chère INSEE[3]Institut National de la Statistique et des Études Économiques :

  • Environ 60% des ménages Français sont propriétaires de leur résidence principale[4]https://www.insee.fr/fr/statistiques/5432517?sommaire=5435421,
  • Et 24% des ménages Français détiennent 68% des logements du parc locatif [5]https://www.insee.fr/fr/statistiques/5432517?sommaire=5435421.

En clair, « la pierre, ça rassure », oui, mais surtout le quart de la population s’avère multi-propriétaire.

Avec Bricks, ce verrou saute, car vous pouvez détenir une portion d’un bien (tout comme les portions d’actions que l’on a évoquées ici). Et ça, sur le plan conceptuel, c’est ce que l’on appelle du progrès.

Voyons donc le service que propose cette société.

Le modèle de Bricks

En bref : Bricks réalise des acquisitions de biens immobiliers et vous propose d’en détenir une portion en participant au capital de l’opération. Vous percevez ensuite – à l’échelle de votre investissement – des « loyers » mensuels, la plus-value de la vente, sans aucune gestion.

Car, oui, il est prévu que le bien ne soit détenu que quelques années, pendant la période où la rentabilité est maximale, grâce à l’effet de levier bancaire[6]On abordera tranquillement cela ultérieurement..

Les bricks et les royalties

En investissant via Bricks, vous achetez des… et bien des « bricks ».

Chacune coûte conventionnellement 10€ et représente une portion du bien.

Exemple : Pour une opération de 1m€, 400k€ sont apportés par une banque partenaire. Les 600k€ restants sont levés par Bricks via le système de financement participatif. Cela représente donc 60 000 bricks (600k€/10€) que les investisseurs pourront s’arracher acheter.

Lorsque vous achetez des bricks, vous détenez en pratique des « royalties ». Oui, le truc qui fait que Patrick Hernandez touche quelque chose comme 1 000€ par jour[7]Source, en revenu passif[8]Et ça c’est du vrai revenu passif !, grace à Born to be Alive[9]150 millions de vues sur YouTube, steuplé..

Après cette parenthèse – qui masque en réalité notre profonde jalousie – revenons à nos royalties. D’une façon générale, il s’agit d’une redevance qui sera versée à son propriétaire. Et c’est exactement ce que vous aurez en investissant via Bricks.

On n’est donc fondamentalement pas dans le monde foncier, mais financier … Mais cela ne change pas le fond du sujet (et tant mieux, car on n’avait pas trop envie de se déplacer chez un notaire et partout en France à chaque projet).

Les immeubles de rapport

Les cibles privilégiées de Bricks sont des immeubles dits « de rapport ».

Ces biens sont constitués de plusieurs logements et sont acquis par un seul propriétaire. En l’occurrence Bricks. L’opération vise la rentabilité locative.

La sélection de ces biens est réalisée par la plateforme, qui les proposera ensuite avec le détails de l’opération aux investisseurs. Leur check-list est en partie explicitée ici.

La gestion locative

Sur ce plan, aucun tracas : tout est géré par Bricks. Cette dernière prélèvera ses frais de fonctionnement (1%) sur les loyers qu’elle recevra, avant d’en reverser l’excédent aux investisseurs.

Comment ?

Encore une fois, c’est relativement simple. Tout se passe en ligne, sur leur plateforme, que l’on décrit de suite.

La plateforme

Une fois de plus, la plateforme est relativement standard. Vous ne serez pas dépaysé si vous avez déjà investi en crowdfunding via le web.

On y retrouvera notamment :

  • La liste des projets, avec leur état de financement et leur fiche descriptive,
  • Un dashboard, qui recensera d’une façon macro votre portefeuille, dont sa répartition intra-projet,
  • Un onglet « portfolio » plus fourni, avec
    • quelques graphiques sur l’évolution de sa valeur,
    • l’historique de vos loyers perçus,
    • et la situation opérationnelle de chacun de vos projets ; exemple : « en attente de signature chez notaire ».
  • Et enfin l’onglet de la marketplace dont on vous parle dans la prochaine section.

Chez Triple B, on aurait bien aimé un graphique type barplot sur les flux futurs[10]Même s’il ne s’agirait que d’estimations, puisque le rendement n’est pas contractuel, et fluctuera en fonction de divers variables, comme le taux locatif., à l’image de ce que propose une autre plateforme.

La market place

La particularité de Bricks, c’est que vous pouvez revendre vos bricks sur un marché secondaire. Ce dernier s’appelle la « marketplace ».

Cela permet donc de gérer ses liquidités. D’expérience, les bricks vendues sur le marché secondaire ont tendance à également partir vite.

Il est bon de noter que Bricks a mis en place un système de « limitation » de la valeur de revente d’une brick. En effet, il ne sera pas possible d’en demander plus (ou moins) que 10% de sa valeur « officielle ».

La valeur d’une brick

La valeur initiale d’une brick est établie en début de vie du projet (cf. ici).

Puis, tous les 6 mois, une réévaluation du bien est effectuée par un expert immobilier indépendant agréé TEGoVA.

En cas de revente d’une brick, il peut donc être opportun d’attendre la réévaluation du bien, puisque la stratégie de sélection est d’opter pour des biens avec de bonnes perspectives de plus-value. Autrement dit, la valeur d’une brick est censée augmenter dans le temps.

Les frais et la fiscalité

Côté frais pour l’investisseur, rien à prévoir : le crédit/débit de son compte (par CB/virement) est gratuit, tout comme les investissements.

Bricks se rémunère via :

  • une commission sur l’opération de 10% du montant de l’achat,
  • et 1% de frais de gestion locative comme dit plus haut.

Pour la fiscalité, à l’heure où ces lignes sont écrites, c’est la flat taxe qui s’applique. On en parlait ici.

À noter que les prélèvements se font directement par la plateforme, lorsque vous souhaitez retirer votre argent de votre compte.

Maintenant que nous avons fait le tour des avantages et de la plateforme, intéressons-nous au « qui » porte le projet Bricks.

Qui ?

logo de la société Bricks

En pratique, c’est surtout Cédric O’Neill – fondateur et CEO – que vous verrez sur YouTube ou en signature de certaines communications.

Toutefois, l’équipe est composée de plus d’une trentaine de personnes, avec des projets substantiels de croissance. En effet, la demande est relativement élevée : lorsque le projet affiche une rentabilité intéressante, le nouvel investisseur aura intérêt à être au taquet pour devenir l’heureux propriétaire de bricks !

Cédric – également co-fondateur de 1001pharmacies.com – est accompagné de Nebojsa Stojanovic – co-fondateur & CTO[11]Chief Technical Officer – Directeur technique. – ainsi que Tom Igounet – Properties Partner[12]Le terme ne nous parle pas trop, mais on définit cela comme le chasseur des immeubles de rapport i.e. celui qui va chercher les projets.. La fine équipe se trouve à Montpellier.

L’équipe Bricks

Si vous avez lu nos autres articles sur les plateformes, alors vous savez que l’on aime aussi s’intéresser à l’ADN du projet. Dans nos recherches, nous avons retenu les deux phrases suivantes de Bricks :

« Notre objectif : Permettre à tout le monde de profiter d’une solution d’investissement simple et innovante. »

Bricks

« Notre mission : Créer la première plateforme d’investissement immobilier simplifié. »

Bricks

Ahh, c’est beau, quand même.

Parrainage

Bonne nouvelle : Bricks propose actuellement une offre de parrainage.

En effet, 1% des investissements effectués par le filleul pendant ses 3 premiers mois suite à son inscription seront crédités sur son compte et celui de son parrain.

Exemple : 3 investissements de 500€ chacun, pendant les 3 premiers mois d’activité du compte du filleul, feront gagner 15€ (3×5€) au filleul et 15€ au parrain.

Alors ? Quel est votre feeling à propos de cette société ? Envie de percevoir des loyers dès 10€, sans stress et sans effort ?

Si oui, nous avons le plaisir de vous partager ci-dessous notre lien de parrainage :


« Everything that has a beginning, has an end. » – Oracle, Matrix [1999]

C’est la fin de cet article ! Vous l’avez apprécié et/ou vous avez des questions à son sujet ? Et si vous nous le faisiez savoir en commentaire ?

Crédit photo de mise en avant : Brett Sayles via Pexels.com

References
1 On vous en parle bientôt, promis
2 Ça aussi, on vous en parle bientôt !
3 Institut National de la Statistique et des Études Économiques
4, 5 https://www.insee.fr/fr/statistiques/5432517?sommaire=5435421
6 On abordera tranquillement cela ultérieurement.
7 Source
8 Et ça c’est du vrai revenu passif !
9 150 millions de vues sur YouTube, steuplé.
10 Même s’il ne s’agirait que d’estimations, puisque le rendement n’est pas contractuel, et fluctuera en fonction de divers variables, comme le taux locatif.
11 Chief Technical Officer – Directeur technique.
12 Le terme ne nous parle pas trop, mais on définit cela comme le chasseur des immeubles de rapport i.e. celui qui va chercher les projets.

Au Suivant Poste

Précedent Poste

Poster un Commentaire

© 2024 Bye Bye Boss

Thème par Anders Norén