Bye Bye Boss

Le site qui vous aide à devenir financièrement indépendant

Les préjugés sur les investissement financiers

Force est de constater en pratique que le domaine de l’investissement financier subit son lot de préjugés[1]Préjugé (n.m.) : Opinion adoptée sans examen, souvent imposée par le milieu, l’éducation. (source). Il suffit pour s’en convaincre d’aborder le sujet avec une génération antérieure à celle des millénials[2]Génération des millénials : on en a parlé ici.

Dans cet article, on s’intéresse aux principaux préjugés récurrents en matière d’investissement et on essaie d’établir leur degré de véracité.

Spoiler alert : on n’en a pas trouvé beaucoup.


« C’est dangereux d’investir »

CERTES, MAIS…

Un des premiers arguments récurrent est « qu’il est dangereux d’investir ».

La réponse rapide serait de dire « oui », mais encore faut-il définir ce que l’on entend par « dangereux », parce qu’un terme plus pertinent selon nous serait « risqué ».

Le danger risque

Prenons un exemple : Il est risqué de conduire sa voiture. Pour autant, personne de notre côté n’a croisé quelqu’un ne souhaitant pas conduire sous ce prétexte. D’ailleurs, on a malheureusement plutôt eu affaire au comportement inverse : des gens qui prennent le volant alors qu’ils ne devraient pas ![3]Ahh, sacré alcool…

Lorsque vous adossez la valeur d’une chose à autre chose, comme par exemple lorsque vous achetez une action dont la valeur fluctue dans le temps, vous vous exposez effectivement à différents « risques », comme celui de « perte en capital ». Rien ne garantit en effet que, lorsque vous vendrez votre action dans le futur, vous récupérerez la totalité de la somme investie. On parle en pratique de moins-value. De façon symétrique, vous pouvez également obtenir plus que votre somme initiale (et nous vous le souhaitons !). On parle alors dans ce cas de plus-value[4]À noter, pour les plus néophytes d’entre nous, que la plus/moins-value concerne uniquement l’écart avec le prix initial. Mais on définira cela proprement plus tard..

Donc, oui, lorsque l’on investit, ne maîtrisant pas l’aléatoire[5]« Relax. Nothing is under control » – c’est d’ailleurs un résultat en physique intéressant, qui explique que l’entropie – i.e. le désordre, assimilable au chaos – ne peut qu’augmenter dans … (suite) vous pouvez perdre de l’argent. Est-ce plus risqué que de prendre la voiture ? Normalement, même si tout votre portefeuille d’actions se crashe, vous pouvez continuer à vous amuser dans la vie. Or, pas sûr que ce soit le cas avec un accident de voiture.

Étudier le risque en pratique est une problématique technique ardue. Par exemple, les assureurs (dont c’est le fonds de commerce) ont recours à des actuaires[6]Ingénieurs du risque – oui oui c’est un vrai métier, et vous n’en aviez potentiellement jamais entendu parler, pas vrai ? C’est pourtant un des métiers récurrent du top 5 des « Best Business Jobs », car, oui, il y a … (suite) pour le quantifier.

Première bonne nouvelle : Il y a en pratique une diversité phénoménale d’actifs dans lesquels vous pouvez investir votre argent. Chacun aura son propre profil de risque, que vous pourrez choisir en fonction de votre propre aversion au risque.

Seconde bonne nouvelle : Les plateformes qui vous sont proposées sur BBB[7]Bye Bye Boss sont toutes de qualité. Elles ont été sélectionnées rigoureusement et leur taux de défaut historique est nul ou très faible[8]À noter que les performances passées ne préjugent pas des performances futures … Toutefois, cela tend à dire que ces plateformes sélectionnent bien les projets !.

La dévaluation

Par ailleurs, il y a un autre phénomène à prendre en compte si l’on veut être rationnel et tendre vers l’exhaustivité. Il s’agit de la dévaluation d’un bien, à savoir sa perte de valeur dans le temps.

Prenons une voiture usuelle neuve. À la minute où son nouveau propriétaire la sort du concessionnaire, elle s’est dévaluée[9]En effet, si le nouveau propriétaire cherchait à la revendre sur le marché, il ne pourrait a priori en espérer le prix initial, car tout acheteur potentiel rationnel s’orienterait vers le concessionnaire, qui fournit plus de garanties, … (suite). Et cette tendance va se poursuivre, même si elle est parfaitement entretenue.

D’une façon générale, cette dévaluation touche de nombreux biens de consommation [10]Nous excluons ici les objets de « collection » dont la valeur intrinsèque est difficilement fixable, car par essence ils composent un marché de niche et très subjectif.. Cela nous permet d’avancer que :

Sur le plan financier, même le pire des investissements sera meilleur que tout achat de consommation non vitale[11]Nourriture, santé, logement.

BBB

Nous vous invitons à lire et relire cette phrase. Puis, à la relire encore. Généralement, elle permet de se défaire d’une appréhension injustifiée.

« Il faut être riche pour investir »

FAUX

Celui-ci aura le mérite d’être plus rapide à traiter que le précédent.

Les plateformes de crowdfunding permettent une démocratisation de l’accès aux actifs, en particulier l’immobilier. Autrement dit, de nombreuses plateformes proposent un accès dès 10€. Et certaines existent depuis 2014.

Par ailleurs, il est bon de rappeler que les investissements plus traditionnels – comme le P.E.A.[12]Plan Épargne Action ou l’assurance-vie – sont disponibles depuis longtemps et ouverts à la plupart des bourses.

« Il faut être expert dans le domaine »

FAUX

Mais c’est clair que cela peut vous aider !

En pratique, vous aurez souvent un intermédiaire. Cela peut être la plateforme de crowdfunding elle-même, l’assureur, le gestionnaire du fond, etc. Ils sont censés être experts dans leur domaine, alors autant les laisser faire leur boulot, d’autant que vous les payez pour cela[13]Pour l’assurance-vie par exemple, il y a des frais annuels qui dépendent de l’assureur. Pour le crowfunding, en général, c’est le porteur de projet qui rémunère la plateforme, pas l’investisseur.. La question devient alors : « Avez-vous confiance en tel ou tel intermédiaire ? ».

Bonne nouvelle : En pratique, les plateformes sérieuses de crowdfunding ont une sélection rigoureuses des projets[14]En moyenne, seul 10% des projets proposés se voit validé par les plateformes., avec des taux de défauts à 0% ou très proches. Le cas échéant, elles signeraient leur arrêt de mort : le système ne peut fonctionner que s’il reste transparent et de confiance.

« Cela prend beaucoup de temps »

FAUX

En régime stationnaire, investir en crowdfunding ne prend que quelques minutes. Compter 5 à 20 minutes par projet selon la granularité d’information que vous désirez.

Il y a un coût « fixe » au démarrage, car le nouvel investisseur voudra avoir confiance en l’intermédiaire et donc se documentera beaucoup à son sujet.

Par ailleurs, il optera probablement pour une enveloppe d’investissement progressivement croissante au fur et à mesure qu’il constatera que les projets passés se déroulent comme convenu.

« On ne peut pas gagner beaucoup d’argent avec »

FAUX

Avec les intérêts composés[15]On crée prochainement un billet dessus, promis, on reproduit un comportement exponentiel[16]Géométrique pour être plus précis, mais ce dernier parle moins aux gens. dans le temps. Autrement dit, plus longtemps on laisse l’investissement et ses intérêts porter eux-mêmes intérets et plus ils produisent… des intérêts[17]Aïe le check SEO de l’article s’affole : « mot répété trop de fois dans une même phrase »..

En attendant que l’on en reparle, prenons un exemple. Avec :

  • Un investissement de 5 000€ par an,
  • Et un taux de rendement annuel de 10% [18]Ça vous paraît élevé ? On en reparle bientôt.,

Vous aurez :

  • 87k€[19] 1k€ = 1 000€ après 10 ans,
  • 540k€ après 25 ans,
  • Et environ 1.5m€ après 35 ans.

« C’est promouvoir une société déjà hyper-consommatrice »

FAUX

« Investir » est un concept, voire une philosophie de vie. Libre à chacun de choisir par la suite les « supports » de ses investissements. Il est par exemple possible :

  • D’œuvrer
    • pour la transition agricole,
    • ou énergétique,
    • ou [insérer ici tout autre type de transition],
  • de valoriser un bien en réalisant des travaux d’amélioration de sa performance énergétique,
  • de soutenir des TPEs[20]Très Petites Entreprises/PMEs[21]Petites et Moyennes Entreprises,
  • etc.

Ultracrépidarianisme

En guise de conclusion, on s’est dit qu’on allait terminer sur un mot qui en jette (bon courage pour le caser en discussion orale – nous on s’entraîne depuis 2 jours on n’est pas encore arrivé à le prononcer proprement[22] « Je suis pasché sé Soche »… damn !), parce que c’est toujours bien d’apprendre des trucs et que c’est un peu de contexte :

L’ultracrépidarianisme est un comportement consistant à donner son avis sur des sujets à propos desquels on n’a pas de compétence crédible ou démontrée.

BBB (en savoir plus)

Force est de remarquer que les arguments levés dans cet article, sont, pour la plupart, résultants d’un manque de connaissances en la matière de leur orateur.

Cela apparaît légitime puisque c’est une thématique qui ne fait l’objet d’aucun enseignement de l’éducation nationale. Pourtant, l’éducation est elle-même un investissement. Pour autant, peu de gens semblent sensibilisés au principe de gratification différée et conscients qu’en 2022[23]Et depuis de nombreuses années d’ailleurs. tout un monde en matière d’investissement s’offre à eux, notamment via le crowdfunding.

Mais peut-être est-ce là aussi une volonté d’une minorité, car ce système de financement participatif fait sauter de nombreux verrous. Il y a en effet quelques années, il était difficile d’imaginer que monsieur-tout-le-monde aurait pu détenir une portion d’un appartement et de ses loyers[24]Concernant le parc immobilier du locatif, il est bon de savoir que c’est une minorité de Français (24%) qui en détient une majorité (68%) selon l’INSEE – mais on en parle prochainement promis..

Quoiqu’il en soit, notre ADN chez BBB[25]BBB, Triple B, Bye Bye Boss, on aime bien les trois ;-) est la pédagogie et le partage de l’information au plus grand nombre. Et c’est pourquoi nous avons créé ce site.

Crédit photo : George Wheelhouse

References
1 Préjugé (n.m.) : Opinion adoptée sans examen, souvent imposée par le milieu, l’éducation. (source)
2 Génération des millénials : on en a parlé ici
3 Ahh, sacré alcool…
4 À noter, pour les plus néophytes d’entre nous, que la plus/moins-value concerne uniquement l’écart avec le prix initial. Mais on définira cela proprement plus tard.
5 « Relax. Nothing is under control » – c’est d’ailleurs un résultat en physique intéressant, qui explique que l’entropie – i.e. le désordre, assimilable au chaos – ne peut qu’augmenter dans l’univers. Damn! So, chill out ;-)
6 Ingénieurs du risque – oui oui c’est un vrai métier, et vous n’en aviez potentiellement jamais entendu parler, pas vrai ? C’est pourtant un des métiers récurrent du top 5 des « Best Business Jobs », car, oui, il y a un tel classement (source)
7 Bye Bye Boss
8 À noter que les performances passées ne préjugent pas des performances futures … Toutefois, cela tend à dire que ces plateformes sélectionnent bien les projets !
9 En effet, si le nouveau propriétaire cherchait à la revendre sur le marché, il ne pourrait a priori en espérer le prix initial, car tout acheteur potentiel rationnel s’orienterait vers le concessionnaire, qui fournit plus de garanties, plutôt qu’un particulier inconnu. Ils en parlent ici ou .
10 Nous excluons ici les objets de « collection » dont la valeur intrinsèque est difficilement fixable, car par essence ils composent un marché de niche et très subjectif.
11 Nourriture, santé, logement
12 Plan Épargne Action
13 Pour l’assurance-vie par exemple, il y a des frais annuels qui dépendent de l’assureur. Pour le crowfunding, en général, c’est le porteur de projet qui rémunère la plateforme, pas l’investisseur.
14 En moyenne, seul 10% des projets proposés se voit validé par les plateformes.
15 On crée prochainement un billet dessus, promis
16 Géométrique pour être plus précis, mais ce dernier parle moins aux gens.
17 Aïe le check SEO de l’article s’affole : « mot répété trop de fois dans une même phrase ».
18 Ça vous paraît élevé ? On en reparle bientôt.
19 1k€ = 1 000€
20 Très Petites Entreprises
21 Petites et Moyennes Entreprises
22 « Je suis pasché sé Soche »… damn !
23 Et depuis de nombreuses années d’ailleurs.
24 Concernant le parc immobilier du locatif, il est bon de savoir que c’est une minorité de Français (24%) qui en détient une majorité (68%) selon l’INSEE – mais on en parle prochainement promis.
25 BBB, Triple B, Bye Bye Boss, on aime bien les trois ;-)

Au Suivant Poste

Précedent Poste

Poster un Commentaire

© 2024 Bye Bye Boss

Thème par Anders Norén